La Pentecôte n’est pas une invention chrétienne. Elle prend tout son sens à la lumière de la tradition juive

Une tradition tirée de l’Exode des Hébreux

La Pentecôte est d’abord une fête juive. D’abord fête des prémices des récoltes (cf. Ex 23, 16), elle commémore ensuite l’Alliance du Sinaï où Dieu a donné sa Loi au peuple sur des tables de pierre (cf. Exode 19, 16-21 et Exode 24, 1-18). Elle a lieu sept semaines (shavouot en hébreu) ou cinquante jours (pentekoste en grec) après la Pâque. La veille de la fête, il est d’usage de prendre un bain rituel pour se purifier. La nuit se passe à étudier la Torah. Le jour de la Pentecôte, on décore les maisons de fleurs et de fruits. Au cours de l’office, il y a une audition solennelle des Dix Paroles (Décalogue).

Dieu ne choisit pas la Pentecôte par hasard pour répandre son Esprit.

Dans le livre de l’Exode au chapitre 19 (18), on lit que « La montagne du Sinaï était toute fumante, car le Seigneur y était descendu dans le feu ; la fumée montait, comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait violemment. » Dans le récit des Actes des Apôtres, le feu, le tremblement de terre, le violent coup de vent au Cénacle rappellent clairement l’épisode de l’alliance au Sinaï.

L’Esprit Saint est le sceau de la Nouvelle Alliance de Dieu avec tous les hommes. C’est lui qui vient inscrire la Loi dans les cœurs, et la rendre ainsi applicable de l’intérieur de l’homme. La Loi n’est plus un joug, car l’homme vit la loi par la force de Dieu et non plus par sa propre force. C’est la réalisation de la promesse faite par les prophètes : « Voici venir des jours – oracle du Seigneur – où je conclurai avec la maison d’Israël une Alliance nouvelle. […] Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple » (Jérémie 31, 31-33) ; « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau » (Ezéchiel 36, 26).

La Pentecôte ne peut se comprendre qu’à la lumière de l’Ancien Testament.

Après que l’Esprit Saint soit descendu avec force sur les apôtres, saint Pierre s’adresse à la foule rassemblée dehors. « Convertissez-vous et recevez l’Esprit Saint » (Actes 2, 38). Le discours qu’il tient est une mine de références à l’Ancien Testament. Le fait que tous les auditeurs comprennent les Apôtres est une allusion à la dispersion de Babel, ou les langues furent brouillées (Gn 11), l’Esprit Saint recrée l’unité dans la diversité ; la promesse de l’Esprit Saint évoque la promesse de Jérémie (Jr 31, 31) et la vision des ossements desséchés d’Ézéchiel (Ez 37). Il reprend également le prophète Joël et les Psaumes. On ne peut donc pleinement comprendre la Pentecôte qu’à la lumière de la tradition juive.

Dans l’Exode, avant que Dieu descende sur la montagne, il dit au peuple d’Israël : « Maintenant si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance, vous serez mon domaine particulier parmi tous les peuples. » Par le don de son Esprit Saint, Dieu veut faire de nous son domaine particulier, ses fils et filles adoptifs. A nous de répondre à son amour en recevant ce don gratuit qu’il désire ardemment nous offrir.

 

FAIRE UN DON DONNER