Quelle attitude du cœur faut-il avoir pour demander la prière d’effusion de l’Esprit ?

L’attitude du pauvre, de celui qui se fait mendiant. On ne peut pas suivre Jésus par ses propres forces, on ne peut pas se transformer soi-même sans l’action de l’Esprit Saint, ni aimer les autres et témoigner par ses propres forces. Le chrétien est un pauvre, un mendiant qui dit : « Viens, Esprit Saint ! Sans toi, je ne peux rien. Viens me transformer, viens me brûler de ton amour, viens me purifier de mes souillures. Viens, Esprit Saint, je t’attends ! »

La foi et la confiance. Jésus a dit : « Tout ce que vous me demanderez en mon nom, je le ferai » (Jean 14, 14). Nous savons, nous croyons que le Père nous aime et veut nous donner son Esprit. Nous savons, nous croyons que Jésus nous aime et nous lui demandons avec confiance de nous transformer par son Esprit.

L’offrande de soi, l’abandon à Dieu. En demandant une effusion de l’Esprit Saint, nous acceptons que celui-ci nous conduise là où nous ne savons pas (Lui sait). Nous acceptons aussi qu’il nous donne les charismes que lui veut, comme il le veut pour le service de l’Église et de l’évangélisation.

L’amour. L’Esprit Saint est un Esprit d’amour et nous ne pouvons le recevoir que dans l’amour et par amour. Nous avons donc à nous convertir de tout ce qui en nous ou entre nous n’est pas l’amour : la jalousie, le désir de paraître, les divisions.

Le désir de suivre Jésus comme des disciples, de mettre en pratique sa parole et de le suivre aussi sur le chemin du renoncement à nous-mêmes.

L’humilité. Nous savons que de nous-mêmes nous n’avons pas toujours suivi Jésus. Nous voulons nous convertir, nous laisser transformer pour le suivre mieux et davantage. Il est aussi très souhaitable de nous être confessés avant de demander l’effusion de l’Esprit, comme nous l’avons dit plus haut. L’Esprit Saint fuit les cœurs tortueux, mais il aime l’humilité, le cœur pauvre et contrit qui demande humblement sa grâce.

Le désir. Nous pouvons désirer et espérer grand. Non seulement Dieu peut vraiment transformer notre cœur, mais il veut le faire. Élargissons notre désir pour entrer dans le désir de son cœur, qui « peut réaliser infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir[1] ».

La disponibilité. Nous acceptons de recevoir les charismes pour construire le corps de l’Église et pour l’évangélisation. Nous ne choisissons pas quel(s) charisme(s), nous laissons l’Esprit Saint en décider, car il est libre de ses dons. Nous sommes prêts à soumettre les charismes que nous pensons avoir reçus au discernement des responsables.

[1] Ephésiens 3, 20.

 

FAIRE UN DON DONNER