A Cracovie les jeunes quittent leur divan pour construire le monde !

1000 lycéens de 15 à 17 ans à Paray pour le premier forum 15-17, 4000 jeunes de 18 à 30 ans à Czestochowa. Les jeunes de l’Emmanuel ont exploré pendant les 4 jours de forum le thème de ces Journées Mondiales de la Jeunesse : « Heureux les cœurs miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » avant de rejoindre Cracovie.

4 jours pour ouvrir leur coeur, se laisser aimer et laisser résonner l’appel de Dieu. 4 jours pour se laisser toucher par la miséricorde. Lorsqu’on leur demande ce qui les a le plus marqué, les jmjistes de la l’Emmanuel sont unanimes: c’est l’accueil que leur ont réservé les familles polonaises dans lesquelles ils étaient tous logés, même si cela demandait à certains des temps de transports très longs.

A Cracovie la Communauté de l’Emmanuel animait la place centrale de Nowa Huta, ville ouvrière construite en 1950, aujourd’hui l’un des quartiers les plus déchristianisé de Cracovie. Pour répondre à l’appel du Pape d’aller aux périphéries, spectacles, concerts, témoignages et temps de prière se sont succédés sur le podium de la place centrale pour attirer les jmjistes mais aussi les habitants de Nowa Huta. Le mercredi 27 juillet, plus de 6000 personnes – dont la moitié d’habitants du quartier – ont participé à une soirée d’adoration et de réconciliation inaugurée par le concert de Michael Patrick Kelly (Paddy Kelly).

Sur le Campus Misericordiae, les paroles simples et directes du Pape François ont marqué les jeunes participants. Il leur a demandé avec force de répondre à la haine par la fraternité. Une invitation qui a résonné de façon toute particulière avec le risque terroriste présent dans toutes les têtes. « Ne soyez pas retraités avant l’âge » a supplié le Pape, condamnant « la paralysie qui naît lorsqu’on confond bonheur et divan« . Appelant les jeunes à demander à l’Esprit Saint de transformer leur cœur, François a continué : « Le Seigneur, comme à la Pentecôte, veut réaliser l’un des plus grands miracles dont nous puissions faire l’expérience : faire en sorte que tes mains, mes mains, nos mains se transforment en signes de réconciliation, de communion, de création. Il veut tes mains pour continuer à construire le monde d’aujourd’hui. Il veut construire avec toi.« 

 
FAIRE UN DON DONNER