A Manille avec le pape François

Six à sept millions de personnes se sont rassemblées – sous la pluie – pour la visite du pape François aux Philippines du 15 au 19 janvier derniers. Après ses messages aux hommes politiques, aux survivants du typhon Haiyan à Tacloban, aux familles rassemblées à Mall of Asia, aux jeunes à l’Université de Santo Tomas, et, enfin, à tout le monde à Luneta Park, le pape a laissé une emprunte indélébile dans le pays. Avec ses messages de miséricorde et de compassion, « Lolo Kiko » (« Grand-père Kiko », surnom que lui donnent les Philippins) est encore sur toutes les lèvres. Bref, il a laissé un souvenir de sainteté et l’exemple d’un père miséricordieux – et souriant ! –  au plus grand pays catholique de l’Asie.

Les membres de la Communauté de l’Emmanuel à Manille se sont joints aussi à la foule immense de gens qui ont écouté les paroles du successeur de Pierre. Voici leurs témoignages illustrés de photos.

Manille © Communauté de l'Emmanuel« En 1995, lors des JMJ de Manille, quand j’ai découvert la personnalité charismatique de Saint Jean-Paul II, une question s’est posée en moi : « que veux-Tu que je fasse ? ». Après deux ans d’interrogations, en 1997, j’ai eu la chance de participer aux JMJ  à Paris, où j’ai rencontré la Communauté de l’Emmanuel pour la première fois. Leur témoignage de joie et de mission m’a amené à découvrir cette communauté. Ensuite, j’ai fait l’Emmanuel School of Mission à Rome pendant le Grand Jubilé du 1999 au 2000.

Vingt ans après, le nouveau pape a visité Manille avec le thème « miséricorde et compassion ». Toute la joie que j’avais lors de la JMJ du 1995 est revenue. Avec cela est ravivé le désir de répondre à l’appel de Dieu pour les philippins qui doivent aller là où la lumière du Christ est nécessaire. Je crois fermement que, par la grâce de Dieu, nous, les membres philippins de la Communauté de l’Emmanuel, serait le canal de miséricorde et compassion de Dieu pour les autres. Être dans la Communauté me permet de maintenir mon rêve missionnaire et de me raffermir pour aller de l’avant et de laisser les mains de Dieu me mettre là où il veut. » (Freddie)

Manille © Communauté de l'Emmanuel
Benoît (en vert) et des jeunes philippins à l’UST.

 « Soyez courageux, n’ayez pas peur de pleurer » (pape François)

Le pape François, en s’adressant aux jeunes à Manille, a invité à apprendre à pleurer, devant les situations des personnes mises de côté, des enfants des rues. « Devant toutes ces tragédies que vivent nos frères humains, notre réponse doit être soit le silence, soit un mot né de nos larmes ». Pour moi ces paroles, très fortes, sont un guide qui, je pense, va m’accompagner longtemps, et très éclairant pour vivre l’appel à la compassion de manière juste. Je suis aussi marqué par les paroles du pape adressées aux familles. Il les a appelées à étendre leurs bras au-delà de leurs propres foyers, particulièrement vers ceux qui sont le plus dans le besoin, ceux qui n’ont pas de famille. « Ne les laissez jamais se sentir isolés, seuls ou abandonnés, mais aidez-les à connaître que Dieu ne les a pas oubliés » (Benoit).

 

Manille © Communauté de l'Emmanuel
Ngan avec nos des membres vietnamiennes de l’Emmanuel.

 « Avant, je pensais que Dieu a appelé Matthieu pour que les gens sachent que «n’importe quel type» de personne peut Le servir : non seulement les plus sages, mais même des collecteurs d’impôts. Au cours de la rencontre avec le pape, j’ai découvert quelque chose de plus : Jésus a appelé Matthieu d’abord parce qu’il aime Matthieu. Jésus aime Matthieu comme il est : comme un collecteur d’impôts imparfait. Dieu est un Dieu de surprises parce qu’il nous aime. Je me rends compte que je dois me laisser aimer par Dieu d’abord, puis cet amour sera partagé vers l’autre. Un autre point : le pape a dit que le monde n’a pas besoin de « jeunes musées », mais de jeunes saints. Je confirme à nouveau que je suis un jeune espoir de l’Eglise. Il me donne le désir de me donner totalement à l’Eglise, pour être dans la mission. » (Ngan)

 

A l’Université St. Thomas pour voir le Pape

Manille avec le pape © Communauté de l'Emmanuel
“Give all, Get more!”, l’ESM Manille rencontre le pape, avec 24000 autres jeunes philippins, le dimanche 18 janvier à l’université Saint Thomas.

 

Manille avec le pape © Communauté de l'Emmanuel
« Elle a vu le pape ! ». Elizabeth Suryanti, consacrée de l’Emmanuel, portée par l’ESM Manille, à l’arrivée du pape, le dimanche 18 janvier à l’université Saint Thomas.
Manille avec le pape © Communauté de l'Emmanuel
Paul Victor (Inde) et Louis (France), deux étudiants de l’ESM Manille interviewés par Reuters, dimanche 18 janvier à l’université Saint Thomas.

 

Manille avec le pape © Communauté de l'Emmanuel
Dimanche 18 janvier à l’université Saint Thomas. Parmi les 24000 jeunes venus rencontrer le pape François, les étudiants de l’ESM de Manille.

 

Les jeunes mamans à la rencontre du Pape

Theresa, consacrée de l’Emmanuel, et Brigitte, volontaire Fidesco, ont recueilli les témoignages de jeunes mères de bidonville de Tondo. Elles aussi ont eu l’occasion de voir « Lolo Kiko » :

« C’était la première fois que je voyais le pape. J’étais tellement heureuse d’avoir été choisie parmi les jeunes mamans de Tondo pour participer à la rencontre des jeunes avec lui. C’était une bénédiction pour moi et ma famille parce que j’ai fait l’expérience de l’amour de Dieu a travers le pape ! » (Arlyn, 25 ans, mamans de trois enfants)

« C’était un des moments les plus importants de ma vie. Quand j’ai vu le pape, j’ai réalisé combien j’étais pécheresse et j’ai fait l’expérience de la miséricorde de Dieu. J’étais profondément touchée et me sentais bénie de Dieu ! » (Anariza, 25 ans, 1 fille)

« C’était une expérience extraordinaire pour moi, et même si je ne pouvais pas tout comprendre de ce que le pape disait, j’ai compris qu’il s’adressait à nous, à moi. C’était un moment inoubliable d’être bénie par le pape » (Darling, 25 ans, 2 filles).

Manille © Communauté de l'Emmanuel
Les jeunes mamans du bidonville de Tondo à la rencontre du pape.

Visite surprise aux enfants de la rue

Fan d’improvisation, le pape a fait une visite surprise à Tulay ng Kabataan, fondation pour pauvres enfants de la rue. Un de nos frères séminaristes, qui est volontaire Fidesco cette année là-bas, nous raconte :

« J’ai eu l’occasion de voir comment le pape joignait le geste à la parole lors de sa visite surprise à Anak-Tulay ng Kabataan Foundation, où je suis volontaire cette année. Après avoir célébré la messe à la cathédrale de Manille, il a en effet préféré sortir par derrière et traverser la rue à pied pour passer un moment avec les enfants des rues recueillis par la fondation. Lors de sa visite, pas de long discours, mais une attitude d’écoute, de respect, une sorte de silence pour accueillir la présence de ces enfants et le poids de leurs souffrances. Par contre beaucoup de gestes d’affection, beaucoup d’enfants pris dans ses bras, et ces quelques mots : « Jésus ne vous abandonnera jamais ».

Manille © Communauté de l'Emmanuel
Le Pape avec les enfants de la rue. Crédits photo: ANAK-TNK.

Articles récents

Passage de relai aux Alagados

Après 6 années en mission auprès de la paroisse des Alagados, le Père Étienne Kern cède sa place au Père ...

Jésus en spectacle vivant !

Jésus, une fresque musicale sur le Christ commence le 17 octobre 2017 en France. C’est le premier spectacle auquel Saje ...

Thérèse, une sainte pour notre temps – n°337 Il est vivant!

Carmélite morte en 1897, devenue patronne des missions, sainte Thérèse de Lisieux n’a rien perdu de sa popularité, comme en ...

Le défi Optimum : optimiser les camps pour rendre les hommes meilleurs

Depuis 2012, Optimum offre aux hommes une expérience fondatrice : (re)découvrir la grandeur et la beauté de leur vocation masculine. La ...

Inconnus l’un à l’autre, mais « Amis dans l’Esprit Saint »

« Amis dans l’Esprit Saint », c’est ainsi que la Communauté de l’Emmanuel et le Studium Notre-Dame de Vie ont décrit la ...

Le Forum des jeunes… au Pérou

A Arequipa, au Pérou, la Communauté de l’Emmanuel locale a organisé le 5e Forum des jeunes le 24 septembre 2017. ...

FAIRE UN DON DONNER